La petite fille qui avait avalé un nuage grand comme la Tour Eiffel – Romain Puértolas

Ce qui m’a fait acheté le livre : son titre.

Note: 10/10 •

~ Résumé ~

Providence est une jeune factEUR (car elle se refuse de dire factrice) qui a adoptée une petite Marocaine du nom de Zahera. Aujourd’hui elle doit venir chercher sa nouvelle petite fille, malheureusement un volcan Islandais en éruption empêche le décollage de tous les avions à cause d’un gros nuage de cendres. Providence parviendra-t-elle à tenir sa promesse et rejoindre Zahera à temps ? Léo un pilote raconte le merveilleux périple de la jeune factEUR à son coiffeur… Providence a-t-elle fini par prendre son envol ?

Le cœur est une grande armoire dans laquelle on enferme tous ceux que l’on aime pour les avoir toujours en soi et les trimballer partout avec soi dans la vie. Un peu comme la petite plante verte de Léon, le tueur à gages […].

Peu importe le prix, peu importe le moyen, rien ne m’empêchera de venir te chercher aujourd’hui. Tiens bon, mon ange. La lune ne se lèvera pas sans que je sois à tes côtés. Je te le promets. Même si je dois apprendre à voler comme un oiseau pour venir te chercher.

~ Mon avis ~

– Ce que j’ai aimé

* La plume de l’auteur

J’ai adoré comment l’auteur nous parle de choses graves et dures avec des mots beaux et doux. Je vous laisse comprendre le titre car vous trouverez cela magnifique et aussi très touchant.

J’ai aussi apprécié les petites touches d’humour à des moments où on se mettrait presque à pleurer. Tout au long du livre je n’ai été que surprise et émerveillée.

* L’effet de suspense

On se demande en effet si Providence finit réellement par voler. Est-ce que l’auteur va nous plonger dans un monde fantastique où l’héroïne peut se mettre à voler ou a-t-elle trouver un autre moyen pour se rendre au Maroc ? Le suspense est extrêmement présent et j’ai trouvé ça franchement fantastique.

* Un monde à la « Alice Aux Pays Des Merveilles »

C’est la première impression que m’a fait le livre. Un monde déjanté avec des moines tibétains tisseurs de vêtements au fromage, Maître Hué qui n’est pas chinois, où on apprend à voler sur un jeu de Wii avec des poulets. On se demande jusqu’où va nous emmener l’auteur… et bah très très loin dans les nuages et c’est passionnant ! 😍

* La fin

Une belle fin, poignante, une leçon de vie, touchante qui m’a fait frémir, sourire et pleurer. Si si tout ça en même temps je vous assure !

~ Recommandations ~

Je le recommande absolument à tous. Franchement il est tellement beau. Certes triste en même temps mais c’est la vie, c’est beau, c’est magique.

J’ai tenté au mieux de ne pas vous dévoiler les jeux de mots pour vous laisser déguster le roman 🤫

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Commencez votre blog avec WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :